Miqo'te

Les Miqo'tes

            Les Miqo'tes (ミコッテ en japonais) sont des êtres bipèdes à l'apparence mi-humaine mi-féline. On les reconnaît à leurs longues oreilles pointues dressées sur leur crâne et leur queue garnie de poils. Contrairement aux autres communautés, ils sont relativement peu nombreux. Comme les Hyurs, ils ne sont pas originaires d'Aldenard. Leur migration remonte à la 5ème ère ombrale, au cours de ce que l'on appelle « La grande glaciation ». Les mers et cours d'eau, gelés par des températures insoutenables, ouvrirent de nouveaux passages à ce peuple en quête de gibier pour survivre. Des tribus entières plièrent bagages et voyagèrent jusqu'à trouver en Éorzéa une terre propice à leur développement. 
 
          Les Miqo'tes sont pourvus de spécificités félines, ou plus largement, animales. Contrairement aux autres races, leurs oreilles ne prennent pas leur base de chaque côté du visage, mais plus haut, sur leur crâne. Celles-ci sont longues, triangulaires, dirigées vers l'arrière et pourvues de poils sur leur face externe. Au bas de leur colonne vertébrale, une queue émerge. Sa taille, sa forme et sa pilosité varie selon l'individu et sa sous-race. Dû à leur passé et leurs activités de chasseurs, les Miqo'tes disposent de sens aiguisés, et notamment d'un odorat difficile à tromper, ainsi que des jambes puissantes capables de les soutenir durant de longues heures de traque. Au repos, les Miqo'tes mâles ont naturellement les phalanges pliées, comme ils s'apprêtaient à saisir une arme sur bondir sur leur proie. Leur dextérité en fait de bons archers et pugilistes. Ce sont aussi d'avides pêcheurs. Leurs noms comptent souvent un ou plusieurs H prononcés à la manière d'un sifflement/crachotement très félin, en accord avec leur façon parfois ronronnante de parler. Nombreux sont ceux parmi les autres races incapables de reproduire un tel son. On note une certaine timidité des Miqo'tes à l'égard des autres races. A la foule grouillante des grandes villes, ils préféreront leur paisible solitude ou la chaleur rassurante de leur clan/famille. Ce comportement est particulièrement vrai chez les Miqo'tes mâles.
 
Norme des tailles chez les Miqo'tes.

Miqo'te du Soleil

           Cette sous-espèce est connue comme le clan diurne Miqo'te. En effet, afin d'honorer Azeyma la gardienne, déesse du soleil, leurs activités se déroulent essentiellement le jour, à la lueur de l'astre dont ils se considèrent les messagers. Due à cette exposition accrue à la lumière, leur peau arbore des couleurs miel, caramel, café au lait et brune. Leurs pupilles se rétractent en myosis, ne laissant apparaître qu'une légère fente au milieu de leur iris dont la couleur est généralement peu pigmentée. Il est commun pour un Miqo'te du soleil d'avoir les yeux vairons (c'est-à-dire de deux couleurs différentes). Cette particularité présagerait d'une grande force et de nombreuses qualités. Leurs oreilles sont larges et recouvertes d'un pelage dru. Leur queue, souvent courte, porte un toupet de longs poils en son extrémité, à la manière d'un lion. Les mâles du clan du Soleil ont un visage plus large, marqué.
 
         De manière générale, on les décrit comme vifs, prompts à l'action au point de vite s'ennuyer lorsqu'ils tombent dans l'inactivité. On constate une concentration de leur nombre à Limsa Lominsa, où l'ensoleillement et les températures des plaines les encouragent à rester. Ils s'adaptent rapidement et adoptent les mœurs locales, oubliant leur propre hiérarchie basée sur les clans. On note aussi une forte population de Miqo'tes du Soleil dans les parties sud du Thanalan, en dehors d'Ul'dah. Ces tribus thanalanaises respectent quant à elles strictement leurs coutumes millénaires. La plus notable de ces tribus, celle des Draconides (symbolisée par la lettre U), s'est implantée dans le désert de Sagolii. Comme le veut la tradition, on peut y observer un mâle dominant (actuellement U'odh Nunh) entouré de ses femelles. Beaucoup d'étrangers considèrent ce schéma comme une sorte de harem, parfois incestueux.
 
                        ❖ Noms et prénoms

           Leurs noms se limitent à une ou deux syllabes. Leur prénom est toujours précédé d'une lettre indiquant la tribu à laquelle ils appartiennent. Autrefois, ils se désignaient par l'animal totem les protégeant, mais la prononciation de certains sons étant difficiles à adopter pour les autres races, ils décidèrent dans un effort d'intégration de substituer ces termes Miqo'tes par les 26 lettres de l'alphabet éorzéen. Ainsi chaque tribu se vit attribuer une lettre ou un son proche de son nom originel. 
           Les mâles ne prennent pas de nom de famille. A la place, ils se voient attribué un titre marquant leur position au sein de la tribu. Il n'en existe que deux : Nunh (à prononcer Noune) qui désigne l'étalon reproducteur de la tribu, et Tia pour les autres. Tout Miqo'te du Soleil mâle naît Tia. Au cours de sa vie et qu'importe son âge, un Tia peut défier un Nunh pour lui dérober son titre. S'il en sort victorieux, il prend la place du vaincu qui, s'il survit, redevient Tia. Un Tia peut aussi devenir Nunh lorsqu'il crée sa propre tribu avec un groupe de femelles. Toutes les lettres de l'alphabet éorzéen étant déjà attribuées, chaque nouveau clan ajoute une deuxième lettre à celle de leur ancienne tribu (exemple: Ma'shtola). Malheureusement, ces nouveaux groupes de Miqo'tes tendent à disparaître rapidement.
 
           Le prénom des femelles se forment sur la même base que celui des mâles : la lettre d'appartenance à leur tribu, suivi d’une apostrophe et d'une ou deux syllabes. Leur nom de famille, en revanche, représente le prénom du Nunh qui les a engendré (exemple : R'Sushmo Rhiki vient de la tribu des Raptors et est née de R'rhiki Nunh). Entre amis et compagnons de chasse, la lettre de la tribu est souvent "oubliée" pour ne mentionner que le prénom (exemple : Y'shtola devient Shtola).

Miqo'te de la Lune

          Contrairement à sa cousine, cette sous-espèce adopte plus volontiers des attitudes nocturnes. Boudant les rayons du soleil, les Miqo'tes de la Lune se dévoilent à la nuit tombée pour offrir leurs prières à Menphina la bien-aimante, déesse de la Lune dont ils se disent les protecteurs. Cette vie dans l'ombre leur a valu quelques caractéristiques spécifiques. Leurs pupilles, par exemple, s'ouvrent en mydriase, larges et rondes. Leur fourrure arbore des couleurs sombres. Leur peau peut tout aussi bien être blanche comme neige que noir corbeau, mais elle reste relativement terne. Les oreilles de ces Miqo'tes sont plus longues et fine. Le pelage qui les recouvre est plus court, fin et doux. Il en va de même pour leur queue. Cette dernière s'apparente un appendice de loup ou de chacal. La particularité la plus notable de ces félins réside dans la longueur de leurs canines. Elles deviennent alors semblables à des crocs. Les Miqo'te de la Lune ont aussi pour coutume de s'appliquer des peintures de guerre aux couleurs vives sur le visage sensé accorder des pouvoirs lunaires.
          De manière générale, ils sont connus pour leur réticence à s'intégrer aux autres races et leur personnalité aussi sombre que leur univers. Mais ils sont aussi respectés pour leur comportement calme et parfois redoutés pour leur ténacité. On les trouve généralement dans la forêt de Sombrelinceul. Leur communauté s'y scinde en deux unités bien distinctes : ceux s'accordant avec les gridaniens et adoptant leur culture, et les familles/clans résistant encore à la "domination" de Gridania, comme les Griffecoeurl. Ces derniers ont tendance à tomber dans le banditisme et le braconnage pour survivre, creusant davantage le désaccord avec les gridaniens qui considèrent ce comportement comme une offense à la Sylve des Douze et ses esprits. 
 
                        ❖ Noms et prénoms

          Les Miqo'tes de la Lune ne forment pas de tribus. De nature plus solitaire, il arrive parfois que deux ou trois familles se rassemblent en communauté, mais cela ne va jamais plus loin. Il n'existe donc aucune lettre dans leur nom et prénom pour se référer à l'appartenance d'un clan. Loin de ce schéma, ils évoluent dans une société profondément matriarcale. Ainsi, ce n'est pas le nom du père qui est transmis de génération en génération, mais celui de la mère.
Ce fonctionnement, centré sur le pouvoir de la femme, est accentué dans leurs prénoms courts (une ou deux syllabes) identiques aux prénoms des mâles Seekers of the Sun.

          Le prénom des mâles prouvent plus nettement encore l'importance que prend une mère dans la famille des Miqo'tes de la Lune. En plus de recevoir le nom de famille de leur très estimée génitrice, les garçons reçoivent à la naissance le prénom de leur mère. A celui-ci est ajouté un suffixe d'une à trois lettres précédé d'un apostrophe pour désigner l'ordre dans lequel cet enfant est né au sein de sa fratrie. 
          Bien qu'il existe 10 suffixes listés plus haut, rares sont les familles de Miqo'tes de la Lune à dénombrer plus de deux ou trois fils. Ceci n'a rien d'un choix ni à une loi dictée par leur univers matriarcal, simplement, les naissances de mâles sont bien plus rares dans cette race que chez les Hyurs ou les Roegadyns.  

Aller plus loin

❖ La seule Cité-Etat où vous ne trouverez jamais un Miqo'te est Ishgard. Le récent changement de température dans le Coerthas a rendu l'environnement trop hostile pour les Seekers of the Sun, et les nombreux nuages encombrant le ciel de la région empêchent les Keepers of the Moon de prier leur déesse. De plus, l'aversion des ishgardais pour les étrangers ne fait qu'accentuer la réticence naturelle de cette race à se mêler aux autres. Si, malgré tout, vous croisez l'un d'entre eux en ces terres, il s'agira sûrement d'un voyageur, un marchand itinérant ou un aventurier.
 
❖ Due aux cultures radicalement différentes des deux tribus, il est difficile pour un couple mixte de nommer leur(s) enfant(s) selon chacune des coutumes. Prenons l'exemple d'un père Miqo'te du Soleil et d'une mère Miqo'te de la Lune. Il est impossible pour eux de refléter leurs deux noms dans celui de leur fille (rappelons que chez les Miqo'te du Soleil, le nom de famille d'une femelle reprend le prénom de son géniteur, et chez les Miqo'te de la Lune, il s'agit du nom de la mère). La seule solution serait que l'un de deux parents abandonne son patrimoine au profit de l'autre. Ajouter la lettre tribale au prénom de l'enfant peut permettre de contenter les deux parties. Si l'enfant est un mâle, la question ne se pose pas. De plus, si la lettre tribale est stipulée dans son nom, il est alors possible d'abandonner le suffixe indiquant son ordre de naissance dans la fratrie.

❖ Les Miqo'te du Soleil étant diurnes, et les Miqo'te de la Lune nocturnes, l'union de ces deux sous-espèces est relativement rare. Les enfants d'une telle famille peuvent malheureusement être dédaignés par les deux clans auxquels appartiennent leurs parents, et ceux-ci également.

❖ Ces idées de noms peuvent aussi s'appliquer pour le mixte d'autres races, comme entre une Miqo'te ou un Hyur.

❖ Si l'enfant naît orphelin, il peut alors être nommé selon les coutumes de la personne qui le recueille, qu'il soit Miqo'te ou d'une quelconque autre race. A noter que le créateur de personnage ne permet de mélanger les caractéristiques physiques des races, mais rien empêche votre imagination de s'adonner à des mélanges... exotiques !

Menu

  • Hydaelyn
  • Éorzéa et ses régions
    • Sombrelinceul (Gridania)
    • La Noscea (Limsa Lominsa)
    • Thanalan (Ul'dah)
    • Coertahs (Ishgard)
    • Mor Dhona
    • Gyr Abania (Ala Mhigo)
    • Dravania (Sharlayan)
    • Xelphatol
  • Les Douze Divinités éorzéennes
  • Races
  • Les grandes compagnies
  • Tribus des hommes-bêtes
    • Ixali
    • Sylphe
    • Sahuagin
    • Kobold
    • Amalj'aa
  • Fêtes, cérémonies et traditions
  • Calendrier et unités de mesures
  • Contes et légendes